Eschatologie et prophéties

Esaïe ... prophète de l'Ancien Testament ... chapitre 9

La Bible et l'eschatologie

Traduction Louis Segond 1910

1 Mais les ténèbres ne régneront pas toujours Sur la terre où il y a maintenant des angoisses : Si les temps passés ont couvert d’opprobre Le pays de Zabulon et le pays de Nephthali, Les temps à venir couvriront de gloire La contrée voisine de la mer, au delà du Jourdain, Le territoire des Gentils.

2 Le peuple qui marchait dans les ténèbres Voit une grande lumière ; Sur ceux qui habitaient le pays de l’ombre de la mort Une lumière resplendit.

3 Tu rends le peuple nombreux, Tu lui accordes de grandes joies ; Il se réjouit devant toi, comme on se réjouit à la moisson, Comme on pousse des cris d’allégresse au partage du butin.

4 Car le joug qui pesait sur lui, Le bâton qui frappait son dos, La verge de celui qui l’opprimait, Tu les brises, comme à la journée de Madian.

5 Car toute chaussure qu’on porte dans la mêlée, Et tout vêtement guerrier roulé dans le sang, Seront livrés aux flammes, Pour être dévorés par le feu.

6 Car un enfant nous est né, un fils nous est donné, Et la domination reposera sur son épaule ; On l’appellera Admirable, Conseiller, Dieu puissant, Père éternel, Prince de la paix.

7 Donner à l’empire de l’accroissement, Et une paix sans fin au trône de David et à son royaume, L’affermir et le soutenir par le droit et par la justice, Dès maintenant et à toujours : Voilà ce que fera le zèle de l’Eternel des armées.

8 Le Seigneur envoie une parole à Jacob : Elle tombe sur Israël.

9 Tout le peuple en aura connaissance, Ephraïm et les habitants de Samarie, Qui disent avec orgueil et fierté :

10 « Des briques sont tombées, Nous bâtirons en pierres de taille ; Des sycomores ont été coupés, Nous les remplacerons par des cèdres. »

11 L’Eternel élèvera contre eux les ennemis de Retsin, Et il armera leurs ennemis,

12 Les Syriens à l’orient, les Philistins à l’occident ; Et ils dévoreront Israël à pleine bouche. Malgré tout cela, sa colère ne s’apaise point, Et sa main est encore étendue.

13 Le peuple ne revient pas à celui qui le frappe, Et il ne cherche pas l’Eternel des armées.

14 Aussi l’Eternel arrachera d’Israël la tête et la queue, La branche de palmier et le roseau, En un seul jour.

15 L’ancien et le magistrat, c’est la tête, Et le prophète qui enseigne le mensonge, c’est la queue.

16 Ceux qui conduisent ce peuple l’égarent, Et ceux qui se laissent conduire se perdent.

17 C’est pourquoi le Seigneur ne saurait se réjouir de leurs jeunes hommes, Ni avoir pitié de leurs orphelins et de leurs veuves ; Car tous sont des impies et des méchants, Et toutes les bouches pro?èrent des infamies. Malgré tout cela, sa colère ne s’apaise point, Et sa main est encore étendue.

18 Car la méchanceté consume comme un feu, Qui dévore ronces et épines ; Il embrase l’épaisseur de la forêt, D’où s’élèvent des colonnes de fumée.

19 Par la colère de l’Eternel des armées le pays est embrasé, Et le peuple est comme la proie du feu ; Nul n’épargne son frère.

20 On pille à droite, et l’on a faim ; On dévore à gauche, et l’on n’est pas rassasié ; Chacun dévore la chair de son bras.

21 Manassé dévore Ephraïm, Ephraïm Manassé, Et ensemble ils fondent sur Juda. Malgré tout cela, sa colère ne s’apaise point, Et sa main est encore étendue.

Traduction œcuménique de la Bible

1. Mais ce n’est plus l’obscurité pour le pays qui était dans l’angoisse. Dans un premier temps le Seigneur a couvert d’opprobre le pays de Zabulon et le pays de Nephtali, mais ensuite il a couvert de gloire la route de la mer, l’au-delà du Jourdain et le district des nations.

2. Le peuple qui marchait dans les ténèbres a vu une grande lumière. Sur ceux qui habitaient le pays de l’ombre, une lumière a resplendi.

3. Tu as fait abonder leur allégresse, tu as fait grandir leur joie. Ils se réjouissent devant toi comme on se réjouit à la moisson, comme on jubile au partage du butin.

4. Car le joug qui pesait sur lui, le bâton à son épaule, le gourdin de son chef de corvée, tu les as brisés comme au jour de Madiân.

5. Tout brodequin dont le piétinement ébranle le sol et tout manteau roulé dans le sang deviennent bons à brûler, proie du feu.

6. Car un enfant nous est né, un fils nous a été donné. La souveraineté est sur ses épaules. On proclame son nom : « Merveilleux — Conseiller, Dieu — Fort, Père à jamais, Prince de la paix. »

7. Il y aura une souveraineté étendue et une paix sans fin pour le trône de David et pour sa royauté, qu’il établira et affermira sur le droit et la justice dès maintenant et pour toujours - l’ardeur du Seigneur, le tout-puissant, fera cela.

8. Le Seigneur a lancé une parole contre Jacob, elle tombe sur Israël.

9. Le peuple tout entier en aura connaissance, Ephraïm et l’habitant de Samarie qui dit dans sa fierté et son orgueil :

10. « Les briques sont tombées, nous bâtirons en pierres de taille, les sycomores sont abattus, nous mettrons des cèdres à la place. »

11. Le Seigneur a dressé contre lui les ennemis — de Recîn — , il a excité ses adversaires,

12. Aram à l’orient, les Philistins par derrière et ils ont dévoré Israël à pleine gueule. Mais avec tout cela, sa colère ne s’est pas détournée et sa main est encore étendue.

13. Et le peuple n’est pas revenu à celui qui le frappait, ils n’ont pas cherché le Seigneur, le tout-puissant.

14. Alors le Seigneur a coupé en Israël tête et queue, palme et roseau, en un seul jour :

15. l’ancien et le dignitaire, c’est la tête, le prophète qui enseigne le mensonge, c’est la queue.

16. Les guides de ce peuple l’ont égaré et ceux qu’ils guidaient ont été engloutis.

17. C’est pourquoi le Seigneur ne sera pas favorable à ses jeunes gens, il n’aura pas pitié de ses orphelins et de ses veuves, car ils sont tous impies et malfaisants, et toutes les bouches répètent des propos insensés. Mais avec tout cela, sa colère ne s’est pas détournée et sa main est encore étendue.

18. Car la méchanceté brûle comme un feu qui dévore épines et ronces et enflamme les taillis de la forêt, tandis que s’élèvent des colonnes de fumée.

19. Par l’excès de la colère du Seigneur, le tout-puissant, le pays est ébranlé, et le peuple devient comme la proie du feu : nul n’épargne son frère.

20. On taille à droite et on a encore faim, on dévore à gauche et l’on n’est pas rassasié, chacun dévore la chair de son bras.

21. Manassé dévore Ephraïm, et Ephraïm Manassé, ils s’unissent contre Juda. Mais avec tout cela, sa colère ne s’est pas détournée et sa main est encore étendue.

Commentaires du chapitre 9

9.1 à 9.7 : Une prophétie messianique
Cette prophétie d'Esaïe sur la venue du Messie a été reprise dans l'Evangile selon Matthieu (4.15-16) en ces termes :

« Terre de Zabulon, terre de Nephtali, route de la mer, pays au-delà du Jourdain, Galilée des Nations !

Le peuple qui se trouvait dans les ténèbres a vu une grande lumière ; pour ceux qui se trouvaient dans le sombre pays de la mort, une lumière s’est levée. »

Elle trouve aussi son écho en Luc 2.11 :

« Aujourd'hui, un Sauveur vous est né dans la ville de David, c'est le Christ Seigneur. »

Cette annonce de l'avènement du Messie s'accompagne de la perspective d'un règne éternel (verset 7).

La vision du Royaume de Dieu et l'annonce de la Bonne Nouvelle fait d'Esaïe un évangéliste.

Il est parfois appelé le "cinquième évangéliste" mais, vu son antériorité, ne mériterait-il pas plutôt l'appellation de "premier évangéliste" en tant que précurseur ?

9.8 à 9.21 : Prophétie sur Israël
Les prophéties se succèdent et ne se ressemblent pas.

Si la précédente évoquait le Royaume de Dieu, dans un futur lointain, celle-ci revient à l'époque contemporaine du prophète.

Israël est de nouveau visé, en particulier Ephraïm et Samarie, composantes du Royaume du Nord (verset 9).

La colère du Seigneur ne s'apaisera pas pour autant car « sa main est encore étendue. » (versets 12, 17 et 21)

Le peuple demeure dans l'ignorance, dans l'incompréhension au regard de la colère de Dieu :

« Le peuple ne revient pas à celui qui le frappe, Et il ne cherche pas l’Eternel des armées. » (verset 13)

Le Seigneur attend de Son peuple une prise de conscience qui lui permettrait de se repentir.

Mais cette attente sera souvent déçue.

Le même constat est formulé par la suite avec l'apôtre Jean quand il écrit :

« Ils ne se repentirent pas de leurs meurtres, ni de leurs sortilèges, ni de leur prostitution, ni de leurs vols. » (Apocalypse 9.21)

Ce constat effectué par Jean il y a 19 siècles visait en fait l'humanité confrontée aux catastrophes qui vont s'abattre sur la terre.

Ainsi, ce qui était déploré par le Seigneur et ses prophètes demeure toujours d'actualité ...

Prendre conscience de ses fautes et se remettre en cause, tout en acceptant la sanction inévitable, est difficile à vivre.

C'est peut-être pour cela que beaucoup s'enferment dans la négation de leurs fautes, refusant d'en assumer les conséquences.

Accepter qu'une autorité supérieure, Dieu en l'occurence, puisse vous juger est difficilement compatible avec un monde où chacun entend être son propre juge et où un esprit de rébellion contre les normes sociales et légales est largement entretenu.

... Retour à l'accueil ... ESAIE 9 ... Chapitre suivant ...